Texte de Hugo Papillon, #localhero, skateur, Montréal, CAN.

Crédits photos de couverture @danmathieu


VOYAGE #1 : MAROC



La première chose que nous avons remarquée à notre arrivée à Casablanca, au Maroc, était qu'un membre d'équipage manquait à l'appel. Après avoir vérifié nos SMS, nous avons compris que ledit membre d'équipage a décidé de nous laisser tomber dès qu'il s'est assis dans l'avion. Il s'est juste levé et est parti sans rien dire à personne. Après toutes ces années à faire des voyages avec des skateurs, ils trouvent encore des moyens de m'émerveiller. Lors de ce voyage, nous avions une équipe mixte de 10 gars de l'Ontario, du Québec, de la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard, ainsi que 2 guides marocains. Notre mission était de tirer le plus possible pour un prochain article dans Magazine SBC Skate, testez le hasch le plus célèbre au monde et expérimentez quelques marteaux de la vie en cours de route. Et notre emploi du temps était assez serré aussi : Casablanca, Marrakech, Ouarzazate, le désert du Sahara et Agadir.


Quand je pense au Maroc, je vois un endroit chaud et le désert, alors j'ai apporté des vêtements d'été sans vérifier les prévisions. Pas une bonne idée. Dans le nord du pays, les températures oscillent juste au-dessus du point de congélation et peuvent descendre jusqu'à -10 °C la nuit.



Les marocains sont très accueillants et il est facile de s'entendre en français. La nourriture est excellente et les spots de skate valent la peine d'être recherchés (bien que rares). Néanmoins, vous devez surveiller vos arrières, principalement dans le centre-ville, car de nombreux individus suspects portent des couteaux et des groupes d'enfants errants peuvent vous mettre dans des situations dangereuses. Par exemple, à Casablanca, j'ai vu un groupe de gamins démolir une Porche Cayenne au coin d'une rue parce que le chauffeur ne leur donnait pas d'argent, un parfait exemple de l'ambiance sociale de ce pays en proie à un boom économique et à des inégalités sociales indécentes.


VOYAGE #2 : AMÉRIQUE DU SUD



Après une pause de 2 semaines au Québec, ma copine et moi débarquons à Lima, au Pérou, et aucun plan pour le mois prochain. Après avoir débarqué de l'avion, sans nos bagages depuis que la compagnie aérienne les a perdus, quelqu'un à moto est passé à côté de nous et a essayé de voler mon téléphone dans mes mains. Parlez d'un contrôle de la réalité, nous sommes loin de chez nous.


Les skateurs de Lima sont vraiment incroyables et l'ambiance n'est pas différente de chez nous : tous les jours au même endroit, affinant notre technique. Ce sont de véritables patineurs de plaza. J'ai été impressionné par la qualité des spots de la ville, qui abrite 9 millions de personnes, et le niveau de compétence des habitants.


Notre prochain vol nous a emmenés dans la capitale inca, Cusco. C'est là que j'ai vu les paysages les plus époustouflants de tous les temps et l'incontournable Machu Picchu, avec le trajet en bus de 7 heures sur des routes accidentées le long de falaises folles qui l'accompagne. C'est l'endroit le plus magnifique que j'ai vu de ma vie. Quiconque voyage au Pérou doit le voir. Prochaine étape : la Colombie.


Bogotá est un endroit fragmentaire. Ne vous perdez pas, ne baissez jamais votre garde et suivez votre instinct s'il vous dit de ne pas faire confiance à quelqu'un. Au moins il y avait beaucoup de spots et j'ai rencontré quelques skateurs pas trop hostiles… On s'est ensuite enfui à Medellin, une ville hyper moderne, propre et bien organisée. Le metrocable fait partie d'un système de transports en commun efficace et la scène festive est à la hauteur de sa réputation. C'est aussi la meilleure scène skate que j'ai rencontrée en Amérique latine jusqu'à présent : des spots uniques, des surfaces lisses et beaucoup de skateurs.


Notre voyage s'est terminé à Carthagène, une vieille ville fortifiée avec beaucoup de touristes. Il y a une ambiance antillaise très palpable, l'eau est chaude, et la fête est lancée ! Attention aux gringos : une situation peut mal tourner si vous ne donnez pas un peu d'argent aux mendiants. Même si le pays est relativement développé, il reste aussi très pauvre, ce qui peut mettre les touristes dans des situations dangereuses.

 

Nous sommes revenus de ce voyage avec une bonne base d'espagnol (l'anglais ne t'aidera pas là !), un foie abîmé, grâce à l'alcool, et la même envie de découvrir le monde que j'éprouvais avant le voyage.

Article précédent
Article suivant
Fermer (esc)

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE CULTURE « INSPIRÉE DE TOUS » !

SOYEZ LE PREMIER À CONNAÎTRE LES NOUVEAUX PRODUITS, PROMOTIONS ET HAPPENINGS ! - OBTENEZ VOTRE RABAIS DE BIENVENUE DE 10 %.

Verification de l'AGE

En cliquant sur entrer, vous vérifiez que vous êtes assez vieux pour consommer de l'alcool.

Rechercher

Menu principal

Panier d'achat

Votre panier est actuellement vide.
Magasiner